Lente fulgurance

16 mars 2016

Photographe inconnu au petit matin

« On n’a finalement jamais envie qu’un rêve s’arrête. »

Parfois un message part plus vite qu’une pensée et tout peut basculer. Comme une photo ou un statut que l’on poste trop tard pour l’effacer au petit matin.

Il est 17h40, mon cerveau est au ralenti, une nuit sans vraiment dormir, une journée entre je n’ai pas envie et il faut le faire. Et voilà, la connerie part, écrire sans réfléchir comme un petit chat qui sort ses griffes, baisser l’armure, partir au combat sans attendre que la guerre soit déclarée.

La réaction est évidemment immédiate, logique, masculine. je me retrouve à l’autre bout du fil, nue, à essayer de cacher ma maladresse comme une adolescente mal dans sa peau qui doute alors qu’il suffit de se laisser aller.

Pourquoi vouloir à tout prix remonter le courant ? Aller à contre sens sans réfléchir, droit dans le mur, savoir vite, prendre des décisions, agir agir agir et se fouetter un peu au passage.

Je ne serai jamais un homme, même pas une femme, juste une capricieuse qui veut tout dévorer au lieu de savourer.

Heureusement en face il y a pire, un oxymore dans toute sa splendeur.

%d blogueurs aiment cette page :