Calvi Sans Rose

4 juillet 2015

 

Instagram @alhabama_duel

Ces moments qui se ponctuent de l’observation d’inconnus, il y a quelques jours cette blonde en robe verte, aujourd’hui le nouveau a une chemise en jeans mal boutonnée. Il était seul à pieds au milieu de cette cohue de voitures familiales, écouteurs vissés aux oreilles, ébouriffé, l’air ailleurs, loin. Je l’ai tout de suite remarqué, son allure différente, un négligé subtil, bien loin des pantacourts alentour, il fumait, il était 6h30 du matin, sans doute pas encore couché, un gros sac kaki à ses pieds, il n’arrêtait pas de bailler.

Il est a quelques mètres à ma gauche, allongé sur un transat, comme moi, il somnole autour d’une piscine de miasmes. Des boucles châtains autour d’un visage d’ange, une belle bouche, une légère barbe, je n’ai pas encore vu ses yeux, je les imagine noirs en amande, je ne sais pas, je suis myope et j’ai encore oublié mes lunettes.

Je vais donc passé ces 5 nuits à danser , à ne rien voir passer 3 mètres, j’aime ça, le monde flou autour, l’imagination est tellement plus agréable que la réalité. C’est ma drogue, vivre dans le brouillard.

L’inconnu s’est réveillé, il se lève, passe devant moi, son corps est mince, on devine une musculature de sportif, il est jeune, peut-être 27 ans, il revient avec deux cafés, il s’assoit à côté de moi et me propose le deuxième. Je souris, j’accepte. Nicolas et toi ? Tu vas au festival ? Tu es seule ? La conversation débute par de simples questions, puis il me raconte, pourquoi il voyage seul, j’écoute. La traversée passe finalement tres vite, 7h, le temps de se raconter une partie de nos vies.

Il est 14h. L’inconnu ne l’est plu. Ses yeux étaient finalement verts et sa dernière petite amie s’appelait Rose.

Calvi On The Rocks, sans Rose.

%d blogueurs aiment cette page :