J’entendais son silence. J’ai senti qu’il fallait que je supprime son numéro. J’ai eu envie de sélectionner ses photos, les ranger dans un fichier et le nommer de son prénom en lettres majuscules.

Pour oublier quelqu’un c’est parfois pas plus compliqué que ça.

Un téléphone vierge prêt à recevoir de nouveau autant de bonheur à durée limitée. Chaque histoire se vit sur les cendres de la précédente, les premiers mots, regards, émois, orgasmes, pleurs… A quelques détails près ou d’immenses contrastes, les amours s’enchainent, montent sur le même manège.

Ma tête tourne encore un petit peu.

Je m’assoie, je reprends mon souffle, j’ai envie de remonter sur ce beau cheval fou, je lève les yeux il n’est plus là.

Il y a quelque part un rêve, j’ai cru que c’était une réalité.


%d blogueurs aiment cette page :