Sérendipité à l’ancienne

10 septembre 2012

vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu – Woody Allen

Je n’ai plus les moyens mais je fais quand même mes courses chez Monoprix. Je mange moins, j’ai pourtant pris 5 kgs.

Quand j’ai vu pour la première fois celui qui m’invite maintenant beaucoup trop souvent au restaurant, je vivais encore dans ma cage dorée à la porte grande ouverte. Je le croisais parfois à des soirées, où nous avions bien trop d’amis en commun pour ne pas finir, lors d’un dîner, l’un à côté de l’autre. Ce soir là, je ne devais pas sortir et encore moins aller au restaurant. Ce soir là, on a choisi tous les deux une salade à l’ail comme accompagnement. Ce soir là, je ne portais pas de talons, pas de jeans slim, pas de décolleté,  je ne portais pas la tenue dans laquelle il me préfère aujourd’hui. Ce soir là, j’étais une nouvelle célibataire cernée, triste et préoccupée. Ce soir là, rien n’était propice à une rencontre. J’ai toujours été persuadée que je finirai avec quelqu’un via le net, moi qui suis une hyper connectée. Je crois que c’est la personne la plus low-tech que je connaisse.

Croiser une personne, une dizaine de fois et ne pas la voir, ou plutôt ne pas la regarder. L’attraction, un jeu de hasard sans lois.

Si je ne n’étais pas sortie ce soir là… Si j’avais retenu un poignet, il y a plus d’un an… Si je n’avais pas fait un deuxième enfant, il y a 8 ans… Si j’étais morte après cette opération, il y a 3 ans… Parfois je m’imagine avec des si.

%d blogueurs aiment cette page :