Fond noir

30 août 2012

20120830-142927.jpg

Pavillon allemand – Barcelone 1929 – Architecte Mies Van Der Rohe

Septembre dans deux jours et il pleut.

Audrey sort de sa maison sur les hauteurs de la ville, face à la mer.
Habillée de blanc, seul son visage doré ressort, elle s’arrête au bord de la piscine.
Aujourd’hui, elle enterre sa mère, elle pense à la robe qu’elle va porter.
La tasse de thé est brûlante entre ses paumes, elle est triste mais ne pleure pas.
Cette mort est un soulagement, sa mère luttait depuis plusieurs années et la voir dépérir devenait insupportable.
Audrey a 38 ans, pèse 48 kg pour 1m68, son fils a 5 ans, sa fille va avoir 2 ans bientôt.
Audrey est en bonne santé pourtant son visage lui donne 10 ans de plus, émacié, son regard est triste. Ses beaux yeux bleus, ses longs cheveux blonds et son bronzage ne font pas illusion, aujourd’hui. Demain peut-être, au restaurant avec ses amies, ses clones, toutes belles et souriantes, cachant sous leurs tenues griffées et leurs manucures rutilantes, des problèmes de femmes à qui on ne pardonne rien parce qu’elles ont l’apparence du bonheur et de la réussite.

Audrey boit une dernière gorgée, elle se retourne, dans son dos la plus belle vue de la ville.
Elle va enfiler une robe gris anthracite que son mari lui avait offerte pour lui faire passer la pilule de ses nombreuses absences. Il lui a fait l’amour ce soir là encore imprégné de l’odeur d’une inconnue. Ça doit sans doute l’exciter de passer de l’une à l’autre. Audrey ferme les yeux… Au propre et au figuré.

Audrey joue son rôle, son image immaculée, sa baraque, sa famille… Son âme se reflète à la surface de la piscine.

Sa piscine au fond noir.

%d blogueurs aiment cette page :