Dream

22 février 2012

 Terry Richardson Diary

Mon corps semble, au-delà de l’excitation, l’apaiser. Mes formes, ma gestuelle, ma peau… Je ne sais pas trop, peut-être un mélange de notes maternelles. Je reste allongée, décoiffée, le corps encore chaud et humide, silencieuse j’écoute son passé, ses projets, sa faim et ses compliments. Je me sens bien, sereine même s’ il n’y a pas vraiment d’avenir entre nous. La construction, la stabilité, toutes ses choses que je désirais tant il y a quelques années, je les ai eues, j’en ai usées et abusées. Tout cela ne me motive plus. Je rêve d’insouciance, de cheveux au vent sur une Vespa dans les rues de Rome, de longues promenades à Central Park, de déjeuners au bord de l’eau sous les tamaris et de dîners arrosés au Fiumicicoli. Tout ça ne durera peut-être que quelques semaines au mieux des mois.

Je veux des bonheurs à durée limitée, avec un homme qui me dit sans cesse que je suis belle même si c’est sans lendemain.

%d blogueurs aiment cette page :