Fuir le bonheur … Avant qu’il ne revienne

9 octobre 2011

iMSTiLLANAMiMAL

Un week-end presque calme, je vous passe les dîners entre couples et le cinéma en famille, je vous passe la vie sexuelle de Barbie qui suce Ken puis elle se met à quatre pattes et il se regarde la démonter dans le miroir. Le film porno du samedi soir, c’était dimanche matin.

J’ai envie de vous parler de ce silence et la photo qui l’accompagnait mais je ne peux pas. J’ai envie de vous parler de ce mail, de son ton étonné et de cette demande étonnante mais je ne peux pas. J’ai envie de vous parler de ses centaines de mots, de cette attention irréelle presque trop belle et désintéressée pour être vraie mais je ne peux pas. Je détruis ma vie, la vraie, la fausse et même la fantasmée. Je ne suis plus qu’une femme qui fuit tout et tous. J’ai le souffle court de courir vers nulle-part. Je ne fais rien pour retrouver ce que j’ai voulu intensément. Une belle vie, un mari, des enfants et la maison pour emballer joliment le tout. Je crois même que je fais tout pour ignorer ce bonheur que la vie m’a offert.

Dans 24 h, je serai peur-être morte. Une erreur humaine d’une science inexacte est si vite arrivée.

Quand je suis stressée quand j’ai peur, je dis toujours des horreurs.

Pardonne-moi.

%d blogueurs aiment cette page :