Un silence qui ne dit rien

22 septembre 2011

Je me sens bien.

Les vacances sont un vieux souvenir sauf  hier soir en vidant mon sac de plage, il restait un peu de sable comme ces quelques flashs au fond de mon cerveau. Je l’ai nettoyé puis rangé, aligné avec tous ceux que je ne mets plus. Comme ces contacts à gauche de ma messagerie gmail auxquels je ne porte plus d’attention. Il ne faut pas que les choses arrivent plusieurs fois pour me décourager, une seule suffit. Je me complais dans ce silence exogène de plénitude apparente, je continue chaque soir vers 20h à m’allonger quelques minutes sur mon lit à contempler les reflets de la lumière extérieure devenue artificielle  sur le mur.  Toutes mes bonnes résolutions datent d’un temps où je n’avais pas d’iphone.

J’ai toujours Rome en tête. Comme un espoir qui n’a qu’un seul chemin.

%d blogueurs aiment cette page :