Hypothèse d’Everett

5 septembre 2011

Photographe Matt Jones

Je ne sais plus vraiment comment cela a commencé. Quand deux imaginaires se rencontrent, il y a finalement peu de chance qu’un jour quelque chose se concrétise. Nous suivons nos vies de loin sans vraiment savoir ce qui s’y passe tout en connaissant des détails cachés, des secrets. Il est 7 h et je reçois des messages qui me racontent un autre amour. Je suis une éponge qui se gonfle de vos vies puis je viens ici vider ce trop plein de sentiments. Des histoires parallèles, une même réalité et ses multiples interprétations.

Les mots se collent les uns sur les autres, interpellent, rappellent… Une fois de plus, le héros de mon histoire est interchangeable. Tu es un homme, tu es marié avec des enfants et tu crois te reconnaître. Tu as 20 ans, tu vis seule avec ton chat et tu t’y vois. Ici ou à des milliers de kilomètres, ce que je raconte, ressens est finalement si banal.

Le soleil va bientôt se lever, au même moment, tu es peut-être allongé sur un trottoir parisien, ivre de rires et moi, je vais faire la rentrée des classes, je regarde mes enfants préparer leurs affaires. Il est bien loin le temps où ma seule préoccupation était la couleur de mon vernis chaque matin. C’était une autre dimension, un autre temps.

Aujourd’hui je vis en vrai.

Demain je relis les Particules Elémentaires. S’échapper.

%d blogueurs aiment cette page :