Danse avec moi

1 septembre 2011

Il s’allonge sur le lit et fume une cigarette. Dans quelques heures, il repart travailler. Ils ont fait l’amour comme on règle une facture sur un coin de table, régulièrement et conscensieusement. Le devoir conjugal d’un couple sans histoire.
Des premières années de leur amour insouciant, il ne reste que deux silhouettes que le temps épargne pour l’instant. Il a l’allure d’un chanteur de Rock, elle a les cheveux des groupies autour.

Heart and soul, baby there is no goal.
Turn the lights on bright, you’re a rock and roll star.

Il y a cette peur dans tout ce confort, cette angoisse au milieu d’une organisation sans faille. Ne plus rien ressentir de trouble et enivrant. Rêver de fièvre et de sang. Le matin ou le soir en rentrant, s’imaginer partir et tout quitter. En avoir honte.

Feel my love, commin from the heavens above.
When my eyes meet your eyes, they know it’s true.

« Dis mon amour pourquoi tu ne me vois plus ? Tu attends sans doute que je détruise tout pour ouvrir les yeux… » La porte vient de claquer, il n’a pas du l’entendre, je crois qu’elle l’a fait exprès…

%d blogueurs aiment cette page :