Avant de partir

13 juillet 2011

J’ai attendu toute la matinée.

Les choses ont commencé normalement, cette petite routine matinale, j’ai vérifié toutes mes messageries, il n’y avait rien, pas une seule trace de passage. Un fantôme ON/OFF. J’ai pensé à autre chose. J’ai tourné, j’ai viré, j’ai allumé. Un oiseau dans une cage qui bat des ailes, se projette contre les barres. Une jolie perruche qui fait pitié.

Tu es passé devant moi, tu ne m’as pas regardée, ni effleurée même pas en pensée, je le sais.

C’est moi qui ai voulu tout ça. J’ai tout fait pour et maintenant j’attends ce que je t’ai ordonné de ne pas faire. Les femmes sont compliquées. Les hommes ne désobéissent pas assez.

Il est 7h du matin, je suis face à l’horizon, un thé me brûle les paumes, je bois de petites gorgées, à mes pieds une immense piscine. Un à un, les hommes qui ont rythmé ma vie virtuelle depuis 5 ans remontent à la surface.

Quatre corps flottent. Je ne veux pas voir le tien.

%d blogueurs aiment cette page :