Transhumance

27 juin 2011

Photo originale sur Anaïs & Pedro

Je passe mon week-end de Cabane en buvette, de Cabanon en terrasse, de piscine à la plage, des talons aux spartiates. Ma peau se dore, mon degrés d’alcoolémie ne baisse pas. Je suis malade mais je n’arrête jamais. Il faut y être et j’y suis. Arrive le dimanche soir avec son tas de fringues au pied du lit, le poulet rôti et les chips grasses. Il va falloir reprendre une vie normale, lundi est déjà là. Il y a ceux qui enchaînent, qui dorment ou qui changent de panoplie, je suis dans la troisième catégorie.

Vendredi nuit, un joli restaurant, un dîner entre nous, le clan Yakuza s’est réuni une dernière fois, elles rentrent après le dîner et je me retrouve avec des sms en attente. Je file au bout de la ville, écumer les bars où je ne suis pas la bienvenue, qu’importe je paie en Reine. Départ, il est déjà très tard et je me retrouve avec 5 paires de couilles et autant de pack de bières dans la petite voiture, il y en a pour tous les goûts, le mien est ailleurs… Loin.

La suite n’est que le passage dans des endroits cachés, ambiancés, bondés… où je n’ai fait que danser.

 

%d blogueurs aiment cette page :