Est-ce que j’ai une tête de sardine ?!

5 avril 2011

Photographe German Saez

J’ai passé une nuit horrible. A me tortiller des heures sur mon lit sans trouver le sommeil.

Comment peut-on à mon âge, dans ma situation, se mettre dans un état pareil pour quelqu’un dont on ne connait finalement pas grand chose. J’ai vraiment un souci affectif. Je ne peux pas m’empêcher de m’attacher aux personnes avec qui j’échange. J’ai parfois cette sensation désagréable d’être gardée au chaud en attendant mieux. C’est vrai que nous sommes tous, plus ou moins logés à la même enseigne, je parle un peu avec l’un puis avec l’autre et toi tu fais pareil, on appelle ça, les réseaux sociaux. Tant que l’on ne s’en cache pas, finalement c’est assez sain, ou non, mais quand même plus ou moins clair.

Hier soir, je me retrouve à lire les messages de quelqu’un qui me reproche mon manque d’intérêt à son égard alors qu’il pue l’envie pour une autre. Je veux bien faire un peu abstraction mais il y a des limites, je ne suis pas là pour répondre quand monsieur s’ennuie de l’objet de son attention.

Cet échange qui s’est mal terminé m’a fait penser à cette vieille histoire. Un soir le jeune homme avec qui je formais un bébé-couple m’annonce qu’il souhaite me quitter et me balance la bouche en coeur  » tu vois, j’aimerais te mettre dans une petite boîte que tu puisses m’attendre et je reviendrai dans quelques années… » Je n’ai rien dit ou juste un « Ok Salut ! » en claquant la porte. Deux mois plus tard, une fois qu’il avait trempé son biscuit un peu partout, il est revenu. Evidemment je l’ai envoyé balader.

Ce petit con pensait sans doute que j’étais une sardine.

%d blogueurs aiment cette page :