Ennemi Intime

25 février 2011

Tony Ward

Nous sommes rentrés dans la nuit de mardi. Quatre  jours en Haute-Savoie remplis de banalités entre couples avec enfants. Rien d’intéressant à raconter.

Avant, quand j’étais une mère de famille parfaite, j’avais la tête vide de toutes pensées parasites, je ne respirais que pour eux. Cet homme qui vit avec moi était l’antidote parfait, rassurant et excitant, il suffisait à mon bonheur simple. Le ver est rentré dans mon cerveau en même temps que son regard est devenu habitude. J’aurais pu rester encore longtemps dans cet état de léthargie douillette.

Il y a cinq ans, ma fille venait d’avoir un an, un autre de nos couples amis divorçait, mes pensées ont basculé, mon corps entier a sombré.

Je regardais trop souvent mon visage, mon corps, guettant la moindre ridule, l’infime plis. Pleurant chaque soir, pensant à ma mère malade, aux conditions obscures de la mort de mon père, à mon fils devenu difficile depuis la naissance de sa soeur… Ce tout était pesant, oppressant, je me sentais tout à coup grave, adulte dans mon immense salon, je restais des heures, allongée, inerte, à regarder ce lustre Kundalini choisi à l’époque du bonheur absolu et de ces 12 kg de plus, d’une grossesse idéale.

Je vais avoir 41 ans dans 3 mois. Je me suis dit qu’il était temps de revenir dans le monde des vivants et d’arrêter de rester des heures, les yeux rivés sur mon iphone, à interpréter une Timeline qui ne m’apporte rien.

MissDuel est morte pour la 3ème fois et ne ressuscitera pas. Même si j’ai très envie de toi.

%d blogueurs aiment cette page :