Barbarie amoureuse #2

1 février 2011

 
 
 
C’est certain il me déteste.
 
J’ai passé mon samedi, enfermée dans la chambre, après être rentrée en rempant vers 4 h du matin. Il est 22 heures, toujours dans notre lit, je feuillette un ancien numéro de Playboy Magazine, je relis l’interview de Michel Onfray en relevant quelques phrases que je tweete, l’année dernière devant ce même article je pensais à un Bloggeur qui aujourd’hui n’écrit plus. Finalement, je l’envie d’avoir réussi à décrocher de cet Enfer Virtuel : Des blogs, de Twitter, de Gtalk… Il n’y a pas une heure dans la journée où je ne checke pas mes mails, ma Google Reader… S’il n’y avait que ça, je serais presque normale.
Ce matin très tôt, je reçois un mail d’une adresse quasi inconnue, un mail très long, intrigant, avec des photos qui suggèrent plus qu’elles ne montrent. Les mots racontent une histoire vraie, des lieux familiers, une situation, une scène que j’aurais pu voir, vivre. L’émetteur est très doué, en quelques phrases, quelques détails de vie, il a su titiller ma curiosité. Plus tard, un deuxième mail, très court juste un numéro de portable avec la mention « J’ai très envie de jouer … Avec toi « 
Auquel j’ai répondu : « Ce n’est pas une bonne idée … Je suis déjà bien perturbée, la tête pleine d’envies et de doutes… »

Dans mon cerveau, c’est la guerre, d’un côté l’homme avec qui je vis que j’aime mais qui ne croit plus en moi, qui ne me voit plus que comme une rivale, une ennemie. De l’autre, les deux hommes qui rythment mon univers virtuel qui me torturent avec les fantasmes qu’ils font naître en moi.

Il 10h37, dans quelques heures je déjeune avec celui qui va peut-être me sortir de cet engrenage qui va donner un sens à ce blog, à mon univers, à mon envie de créer quelque chose.
Parce que malgré les apparences, baiser avec vous n’est pas la raison de ma présence ici. Même si je ne suis qu’humaine et pas insensible à certains charmes, Madame Bovary 2.0 n’a pas du tout envie d’être le One-Shot que l’on lève sur sa TL. Comprends qui peut. 
%d blogueurs aiment cette page :