Un jour l’une, souvent l’autre

27 décembre 2010

La maman et la putain – 1973
Changeante, pas vraiment rassurante. Je navigue entre mes deux panoplies, je n’aimerais être que la gentille reine consort, revenir en arrière, tout effacer. Mais j’en ai besoin de plus en plus, ce monde, les mots, les hommes, les femmes, c’est ma soupape de sécurité. Et puis il y a Stellan dont l’ombre exalte le moindre de mes pores sans ne m’avoir jamais vue, touchée, pas même parlée. La réalité, le quotidien navigue sur une mer calme, ronronne entre un foyer qui présente parfaitement et  une vie professionnelle ou sociale exemplaires. On en vient à mon cerveau, mon univers, mes humeurs, mes désirs, violents souvent. Ce déguisement de petite fille gâtée, je veux dormir avec. Laissez moi rêver encore un peu. Laissez moi mon Ailleurs.
%d blogueurs aiment cette page :