Réaliste banalité

4 avril 2010

Photographe Lauren Dukoff

La belle famille est partie, j’ai tout rangé et je me suis écroulée sur le canapé.

C’est l’heure du goûter, je me suis réveillée, il y a 5mn, je suis dans le coltard, j’entends les enfants s’épuiser, un cri strident toutes les 5 mn, le grand frère qui ne supporte pas de se faire battre par sa petite soeur, la wii, ça finit toujours en pugilat.

Moi j’ai faim, je sors le gorgonzola mascarpone, un morceau de pain qui traînait sur la table, je me fais des tartines en finissant la bouteille de Château Simone, toute seule, les yeux rivés vers le ciel changeant d’un dimanche sans fête. Et je me mets à laisser divaguer mes pensées, c’est mon hobby. J’aime bien avant, la nostalgie me va bien. Parfois je projette, j’imagine un futur avec un autre, une autre vie et puis ça se trouble toujours, comme si je ne pouvais vivre qu’avec un seul homme en pensant aux autres. Je me persuade au présent, je me répète cette phrase comme une prière. Cet autre n’est pas pour moi, il n’est pas pour moi, il n’est pas pour moi… Il n’y a pas d’avenir.

Il doit être 18h30, je ne sais plus, je ressens cette légère vibration dans ma poche… Un sourire perfide illumine mon visage, en profiter en attendant les regrets ou mieux, les remords. 

%d blogueurs aiment cette page :