Entre chiennes et loups

1 janvier 2010

Photographe Tony Kelly
J’ai d’abord changé de couleur de cheveux puis de coupe, hier soir assise calmement cigarette main droite ce n’était plus vraiment moi.

Cela fait plus de 24 heures que j’ai arrêté de fumer et ça me rend déjà dingue.

Cette nuit, c’était bien, entre vulgarité maîtrisée et gaîté exacerbée, cela faisait une dizaine d’années que je n’avais passé un réveillon en dehors de la sempiternelle soirée entre amis chez les uns ou les autres. Nous étions une centaine de personnes aux âges incertains. Ceux approchant la trentaine qui veulent une vie installée et qui en paraissent dix de plus et ceux autour de la quarantaine faisant tout pour ne pas faire leur âge. La tenue, les artifices, le corps entretenu, un super capital génétique ou même un très bon chirurgien, peu importe la lutte est perdue d’avance au centre d’une bande de Gossip girl, on ne se sent ni beaux ni laids, juste vieux.

Il était presque minuit, mon voisin de table me chuchote à l’oreille qu’il se sent comme dans un début de Marc Dorcel, je souris en me disant qu’aucune d’entre elles ne passera sous la table pour lui sucer la queue, et c’est bien dommage, j’aurais bien aimé voir ça en vrai avant de le faire moi-même sur le chemin du retour pour de faux.

Bonne année.

(Je ne me prénomme pas Frieda).

%d blogueurs aiment cette page :