Tu es bien calme…

2 septembre 2009

Il a plu cette nuit, juste assez pour salir ma voiture. Une pluie violente, intense, incontrôlable qui a fait son effet, un sms inattendu.

J’ai eu envie de l’envoyer balader, ou mieux l’ignorer, ça lui aurait plu, j’en suis certaine. Il aurait été étonné. Et puis je me suis laissée aller à cette facilité toute féminine de l’attendrissement. Pour certains je suis faible, pour d’autres une manipulatrice pour lui je me demande encore.

Je suis la voisine blonde d’un paquet de mecs qui pensent sans doute qu’ils pourraient me tirer les cheveux, un après midi à l’Etap du coin. Je préfère rien que ça. Je préfère perdre mon temps comme l’on me le dit souvent avec de parfaits inconnus à la prose racoleuse, qu’un  5 à 7 foireux. Il est évident que je ne peux pas être comprise, que je ne suis en générale assimilée qu’à une allumeuse en manque de sensations fortes ou plus fréquemment à une connasse de pimbêche.

Je resterais un physique, un intérêt, un potentiel, un fantasme, voire une aversion pour beaucoup. Et tout ce que je déteste pour un seul. Mais c’est moi qui décide.

Je vais aller faire laver ma voiture. En attendant un nouveau déluge.

%d blogueurs aiment cette page :